Mariage à la coréenne

Quand mon mari et moi avons commencé à parler mariage, nous n’étions peut-être pas d’accord sur tout, mais il y a un aspect sur lequel notre avis était commun : nous voulions célébrer notre union dans chacun de nos pays d’origines respectifs, la Corée et la France, afin de respecter les traditions ancrées dans chacune de nos deux cultures.

Il y a 1 an jour pour jour, le 21 août 2016, nous nous sommes dit « OUI » à Séoul, en compagnie de nos proches et amis coréens. À l’occasion de ce premier anniversaire, j’ai voulu replonger dans mes souvenirs de cette merveilleuse journée en vous racontant le déroulement de notre cérémonie, suivant la tradition coréenne, agrémenté de quelques uns des magnifiques instants capturés ce jour-là.

Mais revenons d’abord un tout petit peu en arrière, au mois d’avril 2016, lorsque les préparatifs ont vraiment débutés.
En Corée, la règle veut que l’on réalise une séance photo de mariage avant le jour J. Les futurs mariés choisissent un concept, l’atmosphère qu’ils ont envie de véhiculer à travers leurs clichés, 2/3 tenues chacun, vont se faire pomponner et coiffer par des professionnels et posent tout au long de la journée devant un photographe qui réalisera les clichés qui seront à jamais immortalisés dans un bel album.

Processed with VSCO with c1 presetProcessed with VSCO with c1 presetProcessed with VSCO with c1 presetProcessed with VSCO with c1 presetProcessed with VSCO with c1 presetIMG_8909IMG_8941Processed with VSCO with c1 presetKibum et moi voulions un décor simple et épuré dans lequel nous pourrions prendre des photos intimes et élégantes. Puis nous voulions à tout prix quelques photos en extérieur aussi.

AEIL1299AEIL1393AEIL1444

Le jour J, nous nous sommes levés aux aurores pour aller nous préparer dans le même salon de beauté qui nous avait reçu le jour de la séance photo. En Corée, la robe de mariée, qui est louée et non achetée, est choisie par le couple ensemble. Il n’y a pas de croyances de mauvaise fortune si le marié entrevoit sa dulcinée dans sa belle robe blanche avant la cérémonie, donc nous passons notre matinée aux petits soins, en amoureux.

Environ une heure avant la cérémonie, nous nous rendons sur le lieu de la réception, un Wedding Hall situé sur les hauteurs de Myeongdong appelé La Luce (라루체). Dès notre arrivée, notre emploi du temps et réglé à la lettre. Pour commencer, les futurs époux s’engagent dans une nouvelle séance photo dans les locaux. D’abord, à deux, puis avec les membres de la famille. Ensuite, le marié sort dans le hall afin d’accueillir et serrer les mains de ses invités, alors que la mariée s’installe dans sa pièce privée où elle pourra recevoir un à un les groupes d’invités venus pour l’apercevoir et pour immortaliser cette journée.

Processed with VSCO with c1 preset

Vient enfin le moment tant attendu de la cérémonie, au cours de laquelle le couple échange les alliances et se prosterne devant les parents, en symbole de remerciement pour toutes ces années passées ensemble et afin de promettre de prendre soin de l’autre.
Mes parents n’ayant pas pu faire le déplacement jusqu’à Séoul pour l’évènement, ils nous avaient concocté une petite vidéo que l’on a visionné en présence des invités.

IMG_7087IMG_7067IMG_6906IMG_7118

L’une des particularités du lieu de réception que nous avions choisi est que la sortie des nouveaux mariés se fait à l’extérieur, où est organisé un jeté de ballons. Le temps était magnifique en cette fin de mois d’août, laissant un souvenir magique à ces derniers instants.

IMG_7219IMG_7315IMG_7402

Pour clôturer la cérémonie, nous retournons dans le hall prendre quelques clichés de groupe et, alors que la plupart des invités vont manger dans le restaurant se situant au rez-de-chaussée, les jeunes mariés ainsi que les aînés de la famille « directe » sont attendus dans une nouvelle salle pour une nouvelle cérémonie, traditionnelle cette fois-ci, dans les tenues d’antan.

IMG_7488IMG_7499

Au cours de ce moment précieux, les nouveaux époux partagent un verre d’alcool et quelques gâteries, pendant que leurs familles leurs souhaitent bonne fortune et une vie heureuse.
A l’issue de cette cérémonie, appelée 패백, les mariés se changent une dernière fois dans un ensemble traditionnel et rejoint ses invités au restaurant pour une série de salutations et de remerciements.

Processed with VSCO with c1 preset

Et c’est ainsi que s’achève la réception. Après cela, il est coutume que les héros de cette journée organisent un dîner ou une « after party » en compagnie de leurs amis les plus proches avant de s’envoler vers leur lune de miel…
(Retrouvez le récit de notre voyage à Santorini dans mon carnet de route partie 1, partie 2 et partie 3!)

À très vite pour de nouveaux articles xxx

Publicités

Ces choses coréennes qui me manquent

Si vous avez lu mon article d’introduction (Céline, 27 ans), vous saurez que je viens de me ré-installer en France après 5 années de vie en Corée du Sud; Séoul pour être plus précise. Alors que je viens de passer la barre des 2 mois depuis mon retour, l’heure est au bilan. Et même si je suis contente de passer de nouveau du temps avec ma famille, de retrouver un accès illimité au saucisson, au fromage, à la moutarde etc…, ou encore de pouvoir utiliser un four au gré de mes envies, je ne peux m’empêcher de commencer à ressentir le manque de certaines choses qui s’étaient installées dans ma routine coréenne au fil des années.

Si certain(e)s parmi vous ont aussi eu une expérience en tant qu’expatrié, il est fort possible que vous ayez également connu cette phase de manque et j’ai donc eu envie de partager dans un article, ces quelques éléments que je regrette ne pas avoir pu ramener avec moi!

Processed with VSCO with c1 preset

#1. Les cafés coréens et plus particulièrement les Vanilla Latte
Alors je sais, vous allez me dire que ce ne sont pas des choses totalement introuvables en France, mais quand on n’habite pas Paris, Lyon, Bordeaux ou tout autre grande métropole de notre cher pays, il n’y a aucun Starbucks pour nous sauver la mise et dans les cafés privés, bizarrement, les vanilla lattes ne semblent pas avoir la côte…
Le plus ironique dans l’histoire est que je ne fréquentais jamais les coffee shops lors de mes années pré-expatriation, mais maintenant que j’y ai pris goût, le manque est clairement insoutenable!

#2. L’efficacité de l’administration coréenne
J’ai toujours su que notre système administratif avait des progrès à faire, mais avant de découvrir qu’il était possible de résilier n’importe quel abonnement / assurance avec un simple appel téléphonique, d’obtenir toute sorte de document sans faire la queue dans le service concerné pendant des heures ou d’obtenir un titre de séjour en moins de deux semaines (!), je ne m’étais jamais rendue compte de l’étendue des dégâts.
Et maintenant que je dois m’occuper de la régularisation du statut de mon mari en France, « the struggle is real!!! » (*la lutte est réelle).

#3. Les cosmétiques et la mode coréenne
Je suis une fille et forcément, en cinq années de vie à Séoul, mon style s’est façonné en fonction des choses qui nourrissaient mon imagination ici et je suis devenue adepte de certaines marques. Jusqu’à présent, les dégâts sont mineurs puisque simplement deux d’entre elles me voient saliver devant les nouvelles collections : Mixxo et Etude House.
Bien sûr, je ne serais pas contre l’idée d’une petite virée shopping dans mes quartiers préférés (Myeongdong, Hongdae, Idae) non plus…

#4. Quelques spécialités culinaires
L’article ne serait évidemment pas réaliste si je n’avais aucune terrible envie de plats typiquement coréens. Barbecue, poulet frit, nouilles à la sauce de soja (jajangmyeon), pieds de porc… La liste pourrait être trèèèès longue et je commence déjà à sentir mes papilles frémir donc il vaut mieux s’arrêter là je pense!

#5. Le cinéma… en VOST
Saviez-vous que très peu de pays utilisent le doublage pour les sorties cinéma à part la France?! J’ai vécu à Paris pendant 3 ans, je sais donc que l’on peut également visionner les films en version originale dans certaines villes, mais au fin fond de la Corrèze, même problème qu’au #1, on est malheureusement privés de certaines options.

Voilà, j’en ai terminé avec ma liste de manques actuels mais dites moi tout, vous! Quels sont les activités, pratiques culturelles ou encore objets qui vous ont énormément manqué de votre patrie d’adoption après votre retour sur le sol français?